Les Français ont-ils un problème avec le cash ?

A fin 2023, le montant de cash en sommeil sur les comptes courants des Français a atteint 568 milliards d’euros, dépassant ainsi de façon significative les avoirs cumulés des Livrets A et des Livrets de développement durable et solidaire (LDDS) à la même période.

A fin 2023, le montant de cash en sommeil sur les comptes courants  des Français a atteint 568 milliards d’euros, dépassant ainsi de façon significative les avoirs cumulés des Livrets A et des Livrets de développement durable et solidaire (LDDS) à la même période.
 

La Banque de France a révélé que les avoirs disponibles sur les comptes courants des Français ont de nouveau connu une baisse, selon sa publication trimestrielle sur l’épargne et le patrimoine financier des ménages.
 

Malgré cette diminution, la somme d’argent dormant sur les comptes courants, généralement non rémunérée par les établissements bancaires sauf exceptions, demeure considérable. 
 

Évaluée à 568 milliards d’euros à la fin de l’année dernière, elle surpasse les avoirs combinés des Livrets A et des LDDS à la même période, lesquels bénéficient d’un taux de rémunération net de 3%. Selon les premières données disponibles, la Banque centrale note « une reprise du mouvement de décollecte sur les dépôts à vue » entre octobre et décembre, avec une diminution de 17,2 milliards d’euros. Les dépôts dits « à vue », disponibles à tout moment, garnissent les comptes bancaires standards.
 

Ce phénomène de retrait s’explique principalement par deux facteurs : les dépenses des ménages, amplifiées par l’inflation et la période de fin d’année propice aux achats, ainsi que la concurrence de placements offrant des taux d’intérêt plus attractifs tels que l’épargne réglementée (Livrets A, LDDS…) et les comptes à terme (bloqués pour une période donnée avec un rendement fixe établi à l’avance). Ces deux types de placements ont enregistré une croissance respective de 12,8 milliards d’euros et de 11,1 milliards d’euros au quatrième trimestre 2023.
 

Selon les dernières données disponibles de la Banque de France, le patrimoine financier des Français s’élevait à 6 000 milliards d’euros à la fin de septembre. Cette somme colossale, difficile à appréhender, dépasse deux fois la dette publique et plus de deux fois la capitalisation boursière totale des entreprises du CAC40. L’assurance vie demeure le premier placement en valeur, suivi par les actions non cotées et autres participations (liées à des activités entrepreneuriales individuelles ou à des placements) ainsi que l’épargne réglementée dans son ensemble.
 

Vous pourriez également aimer...

Articles populaires